6 209

Voici un témoignage que nous avons reçu d’Alain Harvey de Shawinigan au sujet de son expérience avec le SIAF : 

 

Je vous raconte en quelques lignes mon expérience vécue avec le nouveau registre des armes à feu en fonction depuis le 29 janvier. Comme bien peu de québécois (3% après un mois) j’ai décidé de procéder rapidement à l’enregistrement de mes armes au nouveau registre, donc début février je me rends sur le site internet du SIAF et je parviens sans trop de difficultés à me créer un profil me permettant d’enregistrer rapidement, selon le SIAF, mes armes à feu. Plein de bonne volonté j’enregistre donc quelques armes et manquant de temps je me promets de terminer le tout dans quelques jours. Ayant un peu de temps de disponible, je tente, quelques jours plus tard de retourner dans mon profil…ces tentatives sont inutiles compte tenu que le mot de passe ne serait pas le bon, il me semblait pourtant l’avoir bien noté! Après quelques tentatives infructueuses, l’accès est bloqué pour 24 heures!!!

Le lendemain et surlendemain je tente de nouveau un accès avec toujours le même résultat! Il semble bien que j’aie oublié mon mot de passe… Je contacte alors le SIAF a l’aide du numéro de contact donné sur le site. Lors de mon appel, la préposée me mentionne ne pas être en mesure de réactiver mon dossier, mais me mentionne un numéro à rejoindre pour régler la situation. J’appelle donc sur-le-champ au numéro mentionne et la personne au bout du fil me répond ne pas être en mesure de régler ce problème et me mentionne à son tour un numéro à rejoindre… lors de la vérification, je constate qu’elle m’a redonné le numéro du SIAF !!! Désirant me conformer à la loi, mais voulant également cesser de tourner en rond, je me dis qu’il doit bien y avoir un moyen d’enregistrer les armes de façon papier. J’imprime donc les formulaires et complète ceux-ci pour ensuite les poster au SIAF. Après deux semaines je reçois confirmation de l’enregistrement de mes armes pour lesquelles j’ai adressé une demande papier, mais aucune mention des armes enregistrées par voie informatique. J’appelle donc au SIAF pour m’assurer qu’il n’y a pas de doublon et que mes premières armes se retrouvent bien au registre, la préposée me confirme voir ma demande informatique et me dit que celle-ci sera traitée sous peu (toujours pas de confirmation a ce jour…).

Samedi dernier ma résidence secondaire fut vandalisée et quelques armes volées…. Lors de la visite du policier, je lui mentionne quelles armes furent dérobées afin que l’on puisse rapidement intervenir si cela est possible. Le policier me demande de préciser les numéros de série des armes…n’ayant pas les documents sous la main je lui mentionne qu’il peut s’adresser au SIAF compte tenu qu’elles sont enregistrées. Le policier me mentionne ne pas avoir accès au registre… QUOI ??? Il me confirme ne pas avoir accès et me demande de contacter le SIAF pour fournir les numéros de série. Je me déplace donc vers la ville pour avoir accès internet et cellulaire…je contacte le SIAF et mentionne le vol de mes armes à la préposée lui spécifiant le calibre et le fabricant pour lesquelles j’avais besoin des numéros de série. La personne me met en attente pour me revenir plusieurs minutes plus tard s’excusant de ne pas avoir le droit de me donner les renseignements demandés… QUOI ???

La personne me mentionne ne pouvoir le faire faute de pouvoir identifier l’interlocuteur de façon certaine, je lui offre alors de décliner mon numéro d’assurance sociale, mon numéro de permis de conduire, mon numéro d’assurance-maladie, ce à quoi elle me répond ne pouvoir vérifier ces informations compte tenu qu’elles sont détenues par un d’autres ministères auxquels ils n’ont pas accès… QUOI??? Je lui mentionne qu’un voyou (dans le meilleur des cas) se promène actuellement avec des armes volées !!! Elle me répète son impuissance… Je contacte ma fille lui demandant de se rendre à la maison et de retrouver les numéros de série inscrits sur la lettre du SIAF. Incapable de retracer ladite lettre, elle retrouve les papiers émis lors de l’enregistrement au défunt registre fédéral…Il aura donc fallu près de 48 heures avant que les policiers aient accès aux informations… Nous avons donc un registre assurant la sécurité d’abord, mais suite à la bureaucratie!!!

 


 

Voici une réponse que nous avons reçue du ministère de la Sécurité publique (16/05/2018 à 13h30)  :

 

Bonjour,

 

À la suite d’un témoignage publié le 9 mai dernier sur votre page Facebook, le Service d’immatriculation des armes à feu (SIAF) souhaite apporter quelques précisions relativement aux éléments soulevés dans le récit de M. Alain Harvey intitulé « Un registre, mais quel registre ? ».

D’abord, il est important de mentionner qu’il est normal que les policiers n’aient pas encore accès au fichier d’immatriculation des armes à feu puisqu’il est prévu que le module de consultation des données par les policiers soit conçu durant l’année de prise d’inventaire. Les policiers auront donc accès au fichier d’ici le 29 janvier 2019.

Dans son témoignage, M. Harvey mentionne que l’accès à son compte utilisateur lui a été bloqué à la suite de tentatives infructueuses de saisir son mot de passe. Le fait de bloquer l’accès à un compte utilisateur est toutefois une mesure de sécurité répandue pour éviter la fraude. Dans une démarche d’amélioration continue, le délai d’attente, en cas d’erreurs répétées de saisie du mot de passe, a été ramené depuis à 10 minutes. Pour éviter de se voir refuser l’accès à son compte utilisateur, il est toutefois important de bien noter son mot de passe.

De plus, M. Harvey souhaitait obtenir auprès du SIAF les numéros de série d’armes qui lui avaient été dérobées. Toute arme volée doit effectivement être déclarée à un agent de la paix ou au contrôleur des armes à feu. Il s’agit d’une obligation prévue au Code criminel qui est indépendante de l’obligation d’immatriculer ses armes à feu auprès du SIAF.

Compte tenu de la nature confidentielle des renseignements demandés, les préposés du SIAF ne peuvent fournir de tels renseignements par téléphone sans avoir clairement identifié la personne. En vue de protéger les utilisateurs, un protocole est prévu pour faciliter l’identification d’une personne qui désire accéder aux informations la concernant. Cette personne doit être en mesure de répondre à des questions sur des renseignements relatifs à son identité consignés à son dossier.

Comme le SIAF est un tout nouveau service, il est naturel que des améliorations soient apportées au fil du temps. Soulignons également que des dizaines de milliers de personnes ont été en mesure d’immatriculer leurs armes à feu sans difficulté.

Enfin, sachez que nous apprécions les commentaires qui permettent d’améliorer la qualité de nos services. Pour toute question, n’hésitez pas à consulter le site Web siaf.gouv.qc.ca ou à communiquer avec le service à la clientèle au 1 888 335-9997.

Merci et bonne fin de journée !

 

Partagez votre opinion sur notre page Facebook : 

À lire! 😮
Voici un témoignage que nous avons reçu d’Alain Harvey de Shawinigan.

Un registre, mais quel…

Posted by Aventure Chasse & Pêche on Wednesday, May 9, 2018

Publications similaires