Côte Nord, Orignal au lac Walker | Chasse Québec

Côte Nord, Orignal au lac Walker | Chasse Québec

Éteindre la lumière
Plus de

Critiques

100 %

Score de l'utilisateur

1 évaluation
Évaluez ce document

Descriptions :

Abonnez-vous
Abonnez-vous

Côte Nord, Orignal au lac Walker

Côte Nord, Orignal au lac Walker | Chasse Québec. Michel Therrien et l’équipe de Chasse Québec se rendent au nord du Lac Walker, dans la réserve faunique de Port-Cartier-Sept-Îles pour une chasse multi-espèce : orignal, ours noir et petit gibier, en plus de la pêche à la truite dans le lac le plus profond du Québec. Au menu, une aventure hors de commun dans un coin de la province aussi magnifique que méconnu.Chasseurs-Keven Léonard-Michel Therrien-Marc-André Corriveau-François Lapointe-Jocelyn Giguère-Louis-Philippe Caron 

AUTRE ARTICLE Orignal:

 

Chasser l’orignal dans la neige

par Drew Myers | le 1 octobre 2012Peu d’événements signalent l’arrivée de la saison de chasse automnale comme la première vraie neige. Oui, les feuilles colorées et le gel sont de bons indicateurs, mais rien ne crie l’automne comme 6 pouces de substance blanche.Ce sont souvent les chasseurs d’orignaux qui ouvrent le volet de leur tente pour voir le monde devenir blanc. Il peut s’agir d’une simple couche de neige, mais il arrive parfois que la neige recouvre le monde, obligeant les chasseurs à labourer, glisser et se faufiler dans la brousse dans leur quête d’une vignette pour un orignal.Chasser dans ces conditions est un défi, mais si vous vous adaptez, cela peut aussi être très gratifiant. Il faut être prêt à ce que ça vienne, et si vous chassez l’orignal assez longtemps, ça viendra. Dans le Nord, où la plupart des chasseurs d’orignaux de la province établissent leur camp, la neige est une possibilité dès le mois d’août. Une fois que vous êtes en novembre, c’est presque garanti. Quand elle arrive, la neige est à la fois une aide et un obstacle.

La biologie de l’orignal et la neige

Les élans sont faits pour la neige et le froid. On pourrait dire qu’un orignal en bonne santé est plus à l’aise dans une vague de froid de janvier que dans une vague de chaleur de juillet. Lorsque la neige tombe et que le mercure tente de se cacher au bas du thermomètre, savoir comment les orignaux s’adaptent aux températures froides est la première étape de la formulation d’une stratégie de chasse efficace.L’une de leurs principales adaptations pour faire face aux rudes conditions hivernales est leur taille. Parce que les orignaux sont grands, ils ont un rapport surface/masse corporelle relativement faible. Le pelage de l’orignal est également très isolant : la neige qui tombe s’accumule souvent sur son dos sans fondre. Il est important de s’en souvenir lorsque l’on cherche un élan sombre dans un monde enneigé. Enfin, ses longues pattes l’aident à se déplacer relativement facilement dans la neige profonde.

Premières neiges Orignal

Selon Arthur R. Rodgers, chercheur scientifique pour le ministère des Ressources naturelles (MRN) à Thunder Bay, la neige n’a pas beaucoup d’impact au début de la saison de chasse. “Jusqu’à ce que la neige atteigne environ 20 centimètres (8 pouces) ou plus, les orignaux l’ignorent tout simplement”, a déclaré Rodgers.”Il est peu probable que la neige soit assez épaisse pour avoir un impact sur leurs déplacements ou leur capacité à se déplacer efficacement vers les zones d’alimentation. Les orignaux ne sont généralement pas affectés jusqu’à environ 60 centimètres (2 pieds), lorsqu’ils se déplacent vers une couverture plus profonde. Au-delà de 80 centimètres (31 pouces), les orignaux commencent à avoir des difficultés à se déplacer. Ils peuvent chercher à s’abriter d’une tempête dans une couverture plus profonde, mais les tempêtes de neige de novembre ne les poussent pas à effectuer de grandes migrations”, a-t-il ajouté.Le Dr Vince Crichton, biologiste de la faune agréé à la retraite, corrobore l’observation de Rodgers selon laquelle la neige abondante a un impact sur l’activité des orignaux à court terme. “L’une des choses intéressantes au sujet des orignaux est qu’ils ne se déplacent pas beaucoup pendant les fortes chutes de neige, du moins au début de l’hiver”, a déclaré M. Chrichton, qui a passé 40 ans à étudier les orignaux pour Conservation Manitoba. “Ils se réfugient dans une couverture épaisse et attendent la tempête. J’ai vu des mâles du haut des airs lors de relevés aériens qui étaient presque entièrement recouverts de neige.”Vous vous rendrez dans une zone où il n’y aura pas de traces ou d’autres signes, mais une fois la tempête de basse pression passée, ils deviendront plus actifs et les traces seront nombreuses, car ils se déplaceront pour se nourrir.”

Les avantages de la neige Orignal

La neige présente des avantages pour l’orignal et le chasseur. Les orignaux peuvent surchauffer, aussi une tempête de neige ou un front froid peut faciliter leurs déplacements. Pour le chasseur d’orignal, c’est une bonne chose.Restez dans un couvert épais lorsque la neige est abondante et concentrez vos efforts loin des coupes forestières à ciel ouvert. Concentrez-vous sur les zones où les orignaux peuvent s’abriter, comme les fourrés denses et bas avec un bon couvert d’arbres pour bloquer le vent et les charges de neige. Une fois que la neige aura cessé, chassez à fond, car les orignaux seront sur pied et se déplaceront.Dans la majeure partie de la province, les chasseurs à la carabine sont en train d’attraper la fin du rut lors de la fin de semaine d’ouverture, et les températures plus fraîches peuvent avoir un impact positif sur le succès de leurs appels.”Une neige précoce n’aurait aucun impact sur leur comportement d’accouplement et de rut”, a déclaré M. Rodgers. “Mais, certains pourraient suggérer qu’ils deviennent plus actifs lorsque les températures deviennent plus froides”.Utilisez la neige fraîche pour vous aider à trouver les zones de concentration des orignaux, puis concentrez-vous sur ces zones et planifiez votre stratégie en conséquence.

Travaillez la boucle Orignal

Selon M. Gollat, il est important de chasser sur le côté de la piste et de revenir dans la ligne de déplacement de l’orignal au lieu de suivre la piste elle-même. “Je ne suis pas directement sur les pistes, mais je fais une boucle vers elles, en utilisant le terrain et le vent à mon avantage. Cette approche m’évite de tomber sur l’orignal, ce qui nous surprend tous les deux. Plus tard dans l’année, il y a souvent plusieurs élans dans les parages, et il est plus difficile de rester sur une seule piste. Et encore une fois, vous pouvez tomber sur un orignal couché qui a fait demi-tour et qui se trouve maintenant derrière vous ou l’effrayer. En restant à un endroit où je peux voir ce qui se trouve devant moi, je peux repérer un orignal sans l’effrayer d’abord “, dit-il.Suivre une pisteSi la neige et les températures froides sont toujours une possibilité en début de saison, elles sont presque une certitude plus tard dans la saison. La chasse en fin de saison signifie des journées plus courtes, des efforts plus difficiles et des doigts gelés. D’un autre côté, cela peut aussi signifier des troupeaux d’orignaux actifs et concentrés, moins de chasseurs et des traces qui vous montrent où vont les orignaux.” J’attends normalement la fin de la saison, quand il y a moins de chasseurs dans les parages “, a déclaré Rick Gollat, de Thunder Bay, un chasseur d’orignaux passionné et biologiste de l’orignal à la retraite du ministère des Ressources naturelles. ” La neige ajoute également une nouvelle dimension à la chasse. Avant que la neige ne tombe, vous pouvez téléphoner, installer un mirador pour observer une zone ou marcher en espérant tomber sur un orignal, mais la neige vous permet de suivre la piste “, a-t-il ajouté.Darrell Browne, chasseur d’orignaux de la région de Cobalt, est également un partisan du pistage. ” Lorsqu’il neige, nous cherchons des traces. Lorsqu’un chasseur peut trouver des traces fraîches, il peut rattraper cet orignal dans 90 % des cas. C’est assez difficile à faire sans neige”, a-t-il déclaré. Les observations multiples sont également possibles. “Les orignaux semblent sentir l’arrivée de la neige, car ils commencent à se regrouper”, a ajouté M. Browne. “Nous en avons vu jusqu’à sept ensemble juste avant l’arrivée de la neige”.On pourrait penser qu’un petit chasseur à deux pattes qui traque un élan au vaste territoire et aux longues pattes représente un défi extrême – voire impossible – mais l’expérience de Gollat suggère le contraire. “Nous avons eu beaucoup de chance dans la traque. Vous pouvez chasser de cette manière seul ou en groupe. En général, en fin de saison, les orignaux ne se déplacent pas beaucoup. Si vous trouvez une piste fraîche, cela signifie que l’orignal se trouve à moins d’un demi-mille de vous. Si vous suivez la piste, vous trouverez au moins l’orignal dans son lit. Il se peut que vous l’effrayiez ou que vous ne le repériez pas, mais vous le rattraperez”, a-t-il déclaré.Suivre un orignal, cependant, n’est pas aussi simple que de sauter sur ses traces et de l’abattre. Pour bien faire les choses, il faut notamment apprendre à connaître son terrain de chasse.”Une fois que vous avez chassé une zone pendant un certain temps, vous apprenez à savoir où et comment les orignaux utilisent le paysage et l’habitat”, a déclaré M. Gollat. “Cela vous aide à évaluer quand il faut aller plus vite et quand il faut ralentir pendant la traque. Normalement, vous remarquerez que les orignaux se déplacent, ou font des méandres et broutent. S’ils se déplacent, vous devez aller plus vite, et s’ils se nourrissent et que vous trouvez des lits frais et des excréments frais, vous devez ralentir. Les orignaux broutent et se couchent généralement par cycles, tout en se déplaçant dans des coupes datant de 5 à 20 ans.”Faire le trajetSi la traque est une technique classique de chasse dans la neige, la chasse à l’arrêt et les poussées ou battues ont également du sens à certains moments. L’astuce consiste à utiliser la neige pour vous aider à prévoir où les orignaux iront et où ils se terrent. Avec de la neige au sol, les orignaux seront probablement affamés et se nourriront dans les coupes forestières qui ont également accès à un abri protecteur.De nombreux animaux se concentreront dans une petite zone, laissant de nombreux paysages vides d’orignaux. Votre premier travail consiste à couvrir le terrain. Ne perdez pas de temps à vous déplacer lentement de peur d’effrayer les animaux. Votre mission est de trouver des traces fraîches d’orignaux et d’autres signes aussi vite que possible. Une fois que vous les avez trouvés, il est temps de ralentir et de regarder attentivement.Si vous avez quelques corps et que vous savez où se cachent les orignaux, planifiez une battue. Postez des chasseurs autour des voies de fuite possibles, puis demandez à un ou plusieurs chasseurs de se déplacer dans les zones probables pour faire sortir les orignaux à l’air libre.Utilisez des cartes, des GPS et des radios pour planifier la battue et restez en contact avec les autres chasseurs pendant qu’elle se déroule. Prévoyez une personne postée derrière les conducteurs. Les orignaux sont susceptibles de sortir par la porte arrière lorsque les conducteurs passent.Dans tous les cas, plus vous portez de vêtements orange, mieux c’est, et assurez-vous que tout le monde passe en revue les règles de sécurité des champs de tir avant le début de la chasse.Qu’il s’agisse d’un déversement précoce ou de la dernière semaine de la saison, la neige ouvre un nouveau monde pour le chasseur d’orignal. Pour ceux qui savent l’utiliser à leur avantage, une couverture blanche peut être la meilleure chose à voir de l’intérieur de votre volet de tente.SOURCE: OODMag.com / https://oodmag.com/blizzard-moose/

1 Item

Casts

Michel Therrien

Michel Therrien

Michel Therrien a grandi dans un environnement entouré de guides de chasse, de pêche et de trappe. Avec les années, suivre les traces de différents guides expérimentés lui a permis de développer sa passion et une expertise reconnue.
1 Item

Crews

Chasse Québec

Chasse Québec est une équipe de guides de chasse, d’armuriers, de tireurs, d’experts animaliers et d’artisans en tout genre. En tant que chasseurs