Michel Therrien - Provocation par le rattling - chevreuil
Michel Therrien - Provocation par le rattling - chevreuil

Michel Therrien Provocation par le rattling chevreuil

Last updated:

Michel Therrien Provocation par le rattling chevreuil

Michel Therrien nous explique quand et comment contrôler le rattling. Quand, comment et pourquoi sont des questions indispensables à se poser.

Il y a des dates pour le faire, trop tôt ou trop tard cela ne fonctionnera pas.

L’indicateur est lorsque les glandes odorantes sont foncées. C’est donc avant et pendant cette période que le rattling devient efficace.

Que doit-on contrôler pour obtenir un bon rattling.

Idéalement en équipe un en hauteur et rattling en retrait est une technique favorable.

Cette chronique saura vous surprendre avec plusieurs trucs et astuces !

Faites du bruit !

 

 

AUTRES ARTICLES SOURCES
PLEIN AIR, CHASSE ET PÊCHE
PATRICK CAMPEAU

MISE À JOUR 
Cliquez ce lien afin de consulter

Plus de 145 000 chasseurs de chevreuil envahiront la forêt au cours des prochaines semaines, aux trousses de ces agiles et méfiants cervidés.

Selon les données du ministère de la Faune, des Fôrets et des Parcs, seulement 33 % de ces passionnés réussiront à déjouer un cerf de Virginie.

Pour vous aider à récolter la bête qui vous fait rêver depuis belle lurette, sept chasseurs qui font partie de l’élite québécoise vous présentent aujourd’hui la suite d’un document de référence complet.

 

Voici donc les meilleurs conseils de Charly Alger, Luc Brodeur, Michel Charbonneau, Robert Dorion, Charles-Henri Dorris, Louis Gagnon et Stéphane Monette.

  1. Ne concentrez pas la bouffe. Il est plus rentable de faire plusieurs petits appâts distancés de plusieurs dizaines de mètres dans un secteur forestier semi-dense qu’un gros tas d’appâts composés de carottes, de pommes ou de maïs. Vous aurez ainsi beaucoup plus de bêtes différentes qui visiteront votre secteur de chasse. – Louis Gagnon
  2. Cherchez les sites de transition. Les transitions entre deux essences d’arbres sur le dessus d’une montagne ou d’une petite colline sont des endroits de prédilection pour installer des sites de provocation. Façonnez de faux grattages et agrémentez-les d’urine de mâle. Il s’agit d’une excellente façon de faire réagir les dominants. – Stéphane Monette
  3. Entrechoquez des bois. Il est faux de croire que le rattling est meilleur en novembre, car à cette époque le mâle ne pense qu’à se reproduire, pas à se battre. Je commence à en faire autour du 5 octobre, au moment même où ils se tiraillent et se poussent pour tester la force des autres. On débute doucement, juste pour dire qu’on frotte les cornes ensemble. – Charly Alger
  4. Rendez-les jaloux. Pour faire enrager les bucks, transférez les odeurs d’un grattage à l’autre à quelques reprises durant le mois avant votre chasse. Pour y arriver, servez-vous du même bâton pour remuer la terre et les feuilles et procédez dans un ordre précis. La semaine suivante, refaites la même opération dans l’ordre décroissant. Plus grand sera votre territoire, plus vous aurez du succès. N’oubliez pas de porter des gants. – Michel Charbonneau
  5. Découvrez le potentiel de votre territoire. À l’automne, placez vos caméras le long des sentiers où vous avez trouvé par le passé des frottages et des grattages. Déposez un peu de glandes préorbitales synthétiques sur une branche directement au-dessus de cette voie d’accès. Cette technique vous permet d’avoir une bonne idée du nombre de bucks, de leur calibre et de l’heure de leurs déplacements. – Robert Dorion
  6. Stimulez les géniteurs. Quarante-huit heures avant votre chasse, allez sur votre terrain et faites des lignes de faux grattages. Vous pourrez ainsi faire croire aux mâles qui passeront dans le secteur qu’il y a plus d’activités associées au rut, sur place, qu’en réalité. Cela augmentera l’affluence dans votre secteur. – Charles-Henri Dorris
  7. Réagissez vocalement. Chaque fois que vous entendez, en forêt, un son que vous n’êtes pas en mesure d’identifier, effectuez quelques appels de grunt. Optez pour un appeau dans lequel vous pouvez inspirer, car ces appeaux ne gèlent pas. – Louis Gagnon
  8. Transportez la bouffe en VTT. L’utilisation d’un VTT est idéale lorsque vous allez remplir vos sites d’appâtage. La façon de ne pas éveiller la méfiance des mâles quand vous déposez la nourriture en forêt est de ne pas descendre du VTT, pour ne pas contaminer l’emplacement avec vos bottes. – Stéphane Monette
  9. Attirez-les en vous déplaçant. Quand vous vous dirigez vers votre mirador, appliquez un peu d’odeur de femelle sur un tampon que vous fixerez à l’une de vos bottes, puis de l’urine de mâle sur un autre tampon que vous nouerez sur l’autre godasse. Vous stimulerez ainsi une biche en chaleur qui se fait convoiter. Si un buck croise vos traces, il suivra ces effluves jusqu’à proximité de votre cache. – Charly Alger
  10. Action réaction. Si un cervidé vous voit ou si vous le surprenez, émettez un petit appel de biche en vous servant d’un appeau en forme de canette, communément appelé deer can. Agitez ensuite une guenille blanche à la hauteur de votre taille, comme s’il s’agissait de la queue d’un congénère. Vous serez étonné de voir comme ils se calment, à bon vent évidemment. – Michel Charbonneau
  11. Approchez en douceur. Les journées pluvieuses sont parfaites pour la chasse fine. On peut aussi en profiter pour faire de la prospection sans tout déranger sur le terrain. L’idéal consiste à se déplacer lentement sur 10 à 20 mètres et à s’arrêter pendant trois à cinq minutes, le temps de bien observer le décor, puis à recommencer. Soyez attentif à tous les détails et formes qui pourraient être une partie d’un chevreuil. – Robert Dorion
  12. Surveillez votre nouvel appât. Une fois la saison entamée, déposez un sac de pommes ou de carottes à un endroit où vous avez découvert des signes de passages récents. Parfois, l’effet est très rapide. Les chevreuils n’ayant pas eu le temps d’intégrer cette nouvelle source de nourriture dans leur routine et d’opter pour un comportement d’évitement diurne y viendront de façon impulsive. – Charles-Henri Dorris
  13. Offrez un buffet improvisé. S’il y a beaucoup de pression de chasse dans votre secteur, il n’est pas souhaitable de commencer à appâter plusieurs semaines à l’avance. Il est souvent plus profitable de déposer un petit nombre de tas de maïs quelques jours avant l’activité de prélèvement à proximité de la forêt dense et de tenter sa chance à bon vent, adossé à une souche. – Louis Gagnon
  14. Faites l’appel du prétendant. Le grunt est la vocalise qui consiste à expulser de l’air en saccade dans un appeau. Avec le même call, vous pouvez reproduire le son qu’un buck émet avant de s’accoupler. Ce dernier se nomme le toc. Il suffit de souffler en laissant passer de l’air par la langue et faire un «toc». Répétez ensuite en faisant une série qui ressemblera à «toc toc toc toc». Les rivaux deviendront alors fous de jalousie. – Stéphane Monette
  15. Servez-vous correctement de l’urine. Si vous achetez de l’urine naturelle ou si vous la prélevez, conservez-la au frigo. Cette dernière doit être de la même couleur que l’urine humaine. Si elle est noire, ne l’utilisez pas, car elle n’a plus aucun attrait. Pour ce qui est de l’urine synthétique, sachez qu’elle perdure très longtemps et qu’elle n’a pas besoin d’être gardée au froid. – Charly Alger
  16. Repositionnez-vous. Si, après trois à quatre jours de chasse, il n’y a pas eu d’action à votre site habituel, il est peut-être temps de changer de place. Un peu de prospection peut s’avérer très utile. Les zones où le type d’essences change, de feuillus à conifères, ou encore de jeune repousse à forêt mature, sont souvent propices au déplacement des bucks et sont de bons endroits à prospecter. – Robert Dorion
  17. Tenez-vous à l’écart. Tenez-vous loin des sentiers, des chemins et des objets façonnés par l’homme. Des études sur le terrain ont démontré que 90 % de la pression de chasse disparaît à 500 mètres des voies d’accès pédestres ou motorisées. – Louis Gagnon
  18. Alimentez vos grattages. Si vous avez des grattages sur votre territoire, alimentez-les, sinon faites-en à tous les 50 à 75 pieds de distance en vous dirigeant vers votre affût. Mettez de l’urine aux extrémités et non pas dans le centre, afin de donner une direction au mâle visé. Par exemple, si ce dernier se promène du sud au nord, je dépose de l’urine de prétendant au sud et de l’urine de femelle au nord du gratté. Ils se doivent d’être aux antipodes. – Charly Alger
  19. Faites le cri de la biche. Lorsque la femelle est en chaleur, elle a 24 heures pour se reproduire. Bien qu’elle utilise son odorat pour détecter un mâle, elle se sert aussi d’un appel qui se déroule en deux temps. Elle fera tout d’abord un son doux pendant cinq secondes, qui ressemblera à «beuhhhhhh», et finira par un «maononononon». Cet appel est très efficace lors de vos déplacements en forêt lorsque vous prospecterez les lignes de transition. – Stéphane Monette
Il était une fois… Collection Été ACP-BOUTIQUE Pêche sur la réserve faunique Mastigouche Browning Canda Nouvelle Série Drôle de Chasse