Rimouski, l’orignal en pré rut
Éteindre la lumière
Plus de

Critiques

100 %

Score de l'utilisateur

0 notations
Évaluez ce document

Descriptions :

Abonnez-vous
Abonnez-vous

Rimouski, l’orignal en pré rut

Rimouski, l’orignal en pré rut. Dans l’épisode 2, le guide Pierre-Luc Fontaine se rend dans la réserve faunique de Rimouski avec son père et deux partenaires de chasse. L’équipe est confrontée à des défis inattendus alors que des queues de tornades sévissant près de Gatineau viennent perturber leur plan de match. Parviendront-ils à la récolte? Le suspens est là.La réserve faunique de Rimouski est reconnue comme l’un des meilleurs coin de chasse à l’orignal du Québec. Pour cause, les derniers recensement établissent la densité d’orignaux à 2,5 bête par kilomètre carré. Alors que le rut du grand cervidé est sur le point de débuter, tous les espoirs sont permis pour le groupe de chasseur.Preuve qu’à la chasse il n’y a rien d’assuré, le groupe se retrouve à la croisée des chemins à la veille de son dernier jour de chasse. Après avoir arpenté le territoire sans apercevoir de signe concluant, le groupe trouve enfin des signes encourageants, mais la météo du lendemain amènera un lot de défi à surmonter!AUTRE ARTICLES

Orignal | Faut-il chasser l’orignal veau ?

par Bruce Ranta | 9 septembre 2013En 1983, en grande partie en réponse au déclin de la population d’orignaux, l’Ontario a mis en œuvre un programme de chasse sélective. Le système exigeait que les chasseurs achètent un permis pour récolter un veau dans toute unité de gestion de la faune (UGF) où la chasse à l’orignal était autorisée. Les chasseurs qui voulaient récolter un orignal adulte devaient faire une demande par tirage au sort. Les étiquettes pour les vaches et les taureaux étaient limitées et spécifiques à chaque UGF. À l’exception de quelques modifications, comme l’introduction en 2004 de vignettes de validation pour les veaux dans les UGF 48, 55A, 55B et 57, ce système est toujours en vigueur.

Orignal | La chasse plus ou moins illimitée aux veaux et aux orignaux est-elle une bonne stratégie de gestion ?

Le programme de récolte sélective Orignal

Selon le Dr Dave Euler, qui travaillait au siège de la section de la faune du ministère des Richesses naturelles lorsque le programme de chasse sélective a été mis en œuvre, la chasse au veau ouverte a été introduite pour un certain nombre de raisons, notamment politiques.La nécessité d’un système de récolte sélective a été jugée plus importante que la sur-récolte potentielle de veaux.Selon M. Euler, “il était important de donner à chaque chasseur la possibilité de chasser l’orignal, car nous devions convaincre les chasseurs d’opter pour la chasse sélective, et on pensait que la récolte des orignaux aux niveaux envisagés était probablement compensatoire.”En d’autres termes, si les chasseurs n’étaient pas favorables, le nouveau programme de chasse sélective à l’orignal n’aurait probablement pas obtenu le feu vert pour aller de l’avant. Et si, comme on le pensait, la mortalité des veaux due à la chasse était compensatoire, tant mieux. Cependant, la mortalité compensatoire des jeunes orignaux – les jeunes orignaux abattus signifieraient moins de jeunes orignaux morts à cause de la prédation, de la maladie, d’accidents ou autres, et le même nombre serait vivant à la fin de leur première année – n’avait pas été prouvée. Avec le temps, les gestionnaires croyaient qu’ils en sauraient plus sur l’efficacité de la chasse au veau et qu’ils ajusteraient le programme au besoin.L’Ontario a adopté le programme de chasse sélective à l’orignal il y a 30 ans. De nombreux biologistes spécialistes de l’orignal sont convaincus que la chasse au veau et à l’orignal n’est pas toujours compensatoire. Elle est au moins aussi susceptible d’être additive dans certaines situations (c’est-à-dire que les chasseurs récoltent des orignaux en plus du pourcentage de veaux qui meurent d’autres causes), ce qui entraîne de faibles populations d’orignaux, mais les changements pour remédier à cette situation ont été difficiles à obtenir.Vers 2007, en grande partie en raison de plaintes concernant le ” tirage au sort “, le ministre des Ressources naturelles a ordonné une révision. Il s’agissait notamment d’examiner comment mettre en place un meilleur contrôle de la récolte des veaux.Gord Eason, biologiste au MRN de Wawa, a dirigé une partie de l’examen de 2007 à 2009. Il a noté que les données montraient qu’une douzaine d’UGF avaient une composante de veaux constamment faible, et que la modélisation de presque toutes les UGF d’orignaux suggérait que si la récolte de veaux était réduite de moitié, il y aurait ” une augmentation des étiquettes pour adultes de 10 à 50 % “.

Options de gestion Orignal

En 2009, le MRN a publié plusieurs documents, dont une nouvelle ” politique de gestion de l’orignal ” et des ” directives de gestion de la récolte de l’orignal “. Conformément à la politique, les lignes directrices prévoient deux options qui pourraient être utilisées pour contrôler la récolte de veaux : une saison de chasse au veau plus courte dans le cadre de la saison régulière, et un tirage au sort pour les vignettes de chasse au veau.M. Eason pense que la plupart des chasseurs d’orignaux veulent chasser des orignaux adultes et se demande pourquoi les tentatives de réduction de la récolte de veaux – qui pourraient éventuellement entraîner un doublement des vignettes pour adultes disponibles – ont été si difficiles à vendre.Mark Ryckman, biologiste principal de la faune à l’Ontario Federation of Anglers and Hunters (OFAH), affirme que l’OFAH soutient la chasse au veau telle qu’elle existe actuellement. La réduction de la récolte de veaux dans certaines UGF pourrait permettre d’obtenir plus d’étiquettes pour adultes, mais réduirait également le nombre de possibilités globales pour les chasseurs d’orignaux.M. Ryckman a remis en question la nécessité de cibler uniquement les chasseurs d’orignaux titulaires d’un permis pour apporter des changements. “Si le recrutement des veaux a été identifié comme un problème dans une UGF spécifique, alors nous devons examiner toutes les causes, y compris les tiques, la prédation et la récolte non réglementée”, a-t-il déclaré.Ryckman a souligné les nombreuses options dont dispose le MRN dans sa boîte à outils de gestion de l’orignal, dont certaines pourraient être utilisées pour aider les populations à croître, ce qui se traduirait par davantage de possibilités de chasse. ” L’OFAH recommande que toutes les options de gestion (p. ex., le contrôle des prédateurs) soient pleinement évaluées et mises en œuvre à l’aide d’une approche ciblée (c.-à-d. propre à l’UGF), parce que la surexploitation des veaux n’est pas un problème dans toutes les UGF “, a déclaré Ryckman, et il a ajouté que la participation du public est également requise.M. Eason a convenu qu’un certain nombre d’autres facteurs influant sur les populations d’orignaux et le nombre de vignettes pour les adultes sont tout aussi importants que la surexploitation des veaux.Pourtant, à l’exception des ajustements du nombre de vignettes pour orignaux adultes disponibles chaque année, les chasseurs n’ont pas vu beaucoup de changements dans la façon dont les orignaux sont gérés depuis des années. Il y a eu la mise en place de vignettes pour les veaux dans les quatre UGF susmentionnées et le MRN a introduit le tirage de vignettes de validation pour la chasse à l’orignal pour les résidents du Nord (selon lequel 5 % des vignettes de validation pour la chasse à l’orignal adulte dans les UGF situées au nord des rivières des Français et Mattawa sont exclues du tirage régulier de vignettes de validation pour la chasse à l’orignal et utilisées comme quota pour un deuxième tirage, spécifiquement pour les résidents du Nord de l’Ontario), mais c’est à peu près tout.Éventuellement, il y aura du changement. Le MRN entreprend deux études sur les chasseurs d’orignaux de l’Ontario et leurs opinions sur la chasse à l’orignal et la gestion de la population d’orignaux. Ces études répondront à certaines des préoccupations de l’OFAH concernant la participation du public.Diminution des récoltesDes examens, des rapports et des études continuent d’être produits. Pendant ce temps, la récolte d’orignaux diminue. La plus grande récolte d’orignaux enregistrée dans la province a eu lieu en 1968, année où l’on estime que 14 500 orignaux ont été pris par des chasseurs titulaires d’un permis. Après la mise en œuvre du système de récolte sélective, les populations d’orignaux ont semblé se stabiliser. Dans les années 1990, les populations et les niveaux de récolte se sont en fait légèrement améliorés. Mais depuis une dizaine d’années, les populations et les récoltes d’orignaux n’ont cessé de diminuer, et en 2012, les chasseurs d’orignaux résidents titulaires d’un permis n’ont pris qu’environ 6 260 orignaux. L’industrie touristique en a prélevé environ 800. Personne ne sait combien ont été pris par les chasseurs des Premières nations.Le Dr Vince Crichton, biologiste spécialiste de l’orignal, m’a dit que s’il est vrai que de multiples facteurs contribuent au nombre d’orignaux dans une région donnée, la récolte illimitée des veaux par les chasseurs est ” ridicule lorsque la population est en baisse. ” En Ontario, il existe un certain nombre d’UGF où le nombre d’orignaux est bien inférieur aux objectifs fixés, mais où les veaux représentent plus de 20 % de la récolte automnale des chasseurs résidents. Dans certaines UGF, les veaux représentent plus de 40 % de la récolte d’orignaux.M. Crichton a expliqué que lorsque les populations d’orignaux ont diminué à de faibles niveaux, les prédateurs naturels constituent souvent un gros problème, car les ours et les loups peuvent prendre un pourcentage élevé de veaux. Tout prélèvement supplémentaire de veaux par les chasseurs ne fait que s’ajouter. Au Manitoba, des études sur les populations d’orignaux à faible densité ont montré que les ours noirs peuvent à eux seuls prélever plus de 50 % des jeunes orignaux, et il n’y a aucune raison de penser qu’il en va autrement dans une grande partie du nord de l’Ontario. Des études menées dans plusieurs régions d’Amérique du Nord ont montré à plusieurs reprises que les loups tuent surtout les veaux et les vieux orignaux.M. Crichton a souligné que si les orignaux vivent au-delà de leur premier anniversaire, les taux de mortalité dus à la prédation tombent à de faibles niveaux jusqu’à ce que les orignaux soient assez âgés. Pour prospérer, un bon recrutement d’adultes à partir des veaux est vital, tout comme le fait de laisser les vaches adultes vivre longtemps. “Les orignaux âgés de moins de 10 ans ont rarement des jumeaux”, a-t-il déclaré.Les chasseurs – et j’ai abattu plusieurs orignaux veaux – doivent réfléchir longuement pour savoir s’ils doivent continuer à soutenir le système actuel qui permet à tout chasseur d’orignal titulaire d’un permis d’abattre un orignal veau dans presque toutes les UGF où la chasse à l’orignal est autorisée.Il me semble que de nombreux problèmes affectent l’orignal et la chasse à l’orignal, mais si rien n’est fait, il est peu probable que la chasse à l’orignal en Ontario s’améliore beaucoup, et c’est bien dommage.SOURCE: OODMag.com / https://oodmag.com/hunt-calf-moose/

1 Item

Casts

Michel Therrien

Michel Therrien

Michel Therrien a grandi dans un environnement entouré de guides de chasse, de pêche et de trappe. Avec les années, suivre les traces de différents guides expérimentés lui a permis de développer sa passion et une expertise reconnue.
1 Item

Crews

Chasse Québec

Chasse Québec est une équipe de guides de chasse, d’armuriers, de tireurs, d’experts animaliers et d’artisans en tout genre. En tant que chasseurs