Sommaire du magazine en cours

Automne 2017

Volume 25 no 3

Le magazine Aventure Chasse et Pêche est conçu expressément pour et par des passionnés qui désirent en savoir plus.

Article gratuit en version intégrale – Chasse

Article gratuit en version intégrale – Pêche

Pour consulter les deux articles gratuits en version intégrale,
vous devez avoir Adobe Acrobat Read d’installé sur votre système.
Visitez le site web d’Adobe afin de le télécharger gratuitement.

SECTION CHASSE


Chroniques

  • Éditorial
  • Photos inusitées
  • En bref
  • Caméra-espion
  • QDMA Canada Protection des jeunes mâles : c’est parti!
  • Trappage L’opossum de Virginie… Un nouveau venu dans le paysage québécois!
  • Gastronomie Rosettes d’orignal
  • Circuit Pro 3D
  • Aventures des Territoires du Nord-Ouest Une grise orangée
  • Succès de chasse
  • Armes à feu et équipements Le Super Black Eagle 3
  • 100 % arme La base pour obtenir des tirs précis
  • Évaluation arc 5 modèles 2017 testés
  • Trophées de chasse
  • Cahier spécial Plus de 100 nouveautés 2017 pour chasseurs

Articles

  • Travailler dans le domaine de la chasse et la pêche, ça vous intéresse?
  • Rivalisez avec les photographes et les vidéastes professionnels avec… votre téléphone intelligent!
  • Chassez les outardes « intelligentes »
  • Mise en conserve du gibier
  • Maîtriser ses émotions à la chasse (gratuit)
  • Petit gibier à la réserve Mastigouche
  • Mettez du bon temps à votre agenda!
  • Chassez le chevreuil avec l’appeau électronique
  • 22 diffuseurs d’odeur évalués
  • Orignal – Ne marchez pas à l’aveuglette…
  • Stratégie de parcours de chasse
  • Invention qui diminue le recul jusqu’à 79%
  • Est-ce que votre arme à feu casserait cet œuf?
  • Comment récolter son orignal en 4 à 7 jours dans un nouveau territoire

SECTION PÊCHE


Chroniques

  • Trophées de pêche
  • Nouveautés pour pêcheurs            
  • Pêche à la mouche
  • Karl Béliveau
  • Photos inusitées
  • Phases solunaires

Articles

  • Saumon : un combat fou, une fin inattendue
  • Gardez votre glacière froide pendant 7 jours

  • Touladi : on coupe ou on décroche?

  • Carpes asiatiques au Québec : la menace est réelle                 

  • Doré : ses préférences testées

  • Chatterbait : un leurre qui promet!       

  • Truite mouchetée : le milieu des lacs réserve des surprises (gratuit)

SOMMAIRES


Éditorial: Une application pour simplifier la vie des pêcheurs

Il n’y a rien de pire que d’entreprendre un voyage de pêche sur un territoire inconnu dont on ignore la réglementation. Avant d’oser y tremper notre ligne, il faut connaître la zone de pêche dans laquelle nous nous situons afin d’entreprendre la recherche de la réglementation particulière à cette zone et même au secteur spécifique dans lequel nous nous trouvons.
Et ce n’est pas gagné d’avance sans le livre de réglementation en mains, car l’accessibilité de cette formule papier est de plus en plus restreinte au profit de l’information que l’on peut retrouver sur le site Internet du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP). Il y a bien cette possibilité d’effectuer des vérifications sur Internet, mais encore faut-il s’y retrouver dans tous ces dédales d’informations. Et si l’on oublie de faire ces vérifications avant d’arriver à destination alors que pêche est souvent synonyme d’aventures en régions éloignées, et bien bonne chance, car les possibilités de connexions à un réseau y sont souvent aussi rares que les stations d’essence.


Sauvagine: Modernisation du règlement sur les oiseaux migrateurs

Je ne suis pas d’un tempérament chialeux ni vindicatif. Cependant, j’ai du mal à comprendre nos instances gouvernementales à Ottawa qui, depuis longtemps, se penchent sur la modernisation du règlement de chasse aux oiseaux migrateurs sans vraiment parvenir à un aboutissement. Dans le domaine de la chasse, tout semble évoluer pour nous offrir des équipements de plus en plus performants : des vêtements de qualité au patron camo élaboré par ordinateur jusqu’aux fusils semi-auto à inertie en passant par les appeaux et les appelants de plus en plus réalistes et les munitions plus performantes. Est-ce moi qui rêve ou la modernisation du règlement sur les oiseaux migrateurs tarde à s’ajuster à notre réalité?

Je sais que certains d’entre vous ont déjà remarqué quelques modifications au règlement ces dernières années. Il y a bien eu l’augmentation des possessions d’oiseaux passant du double au triple (par exemple, 6 canards abattus à la chasse pour 12 en possession, qui est passé à 18). Plus récemment, il y a eu l’ajout de la tourterelle triste comme espèce de chasse, mais j’entends ici une modernisation plus en profondeur que ces quelques ajouts ponctuels. Alors voilà qu’un espoir a pointé à l’horizon en mars 2014 : le comité sur la sauvagine d’Environnement Canada s’est intéressé à l’avis des chasseurs canadiens sur des propositions visant à moderniser le règlement sur les oiseaux migrateurs afin d’améliorer la gestion de la chasse au Canada.


QDMA Canada: Où se cachent les mâles matures durant la chasse?

Une étude parue dans le magazine Quality Whitetail édité par QDMA a expliqué les effets de la pression de chasse sur les mâles matures.

Cette étude, chapeautée par les Drs Webb, Little, Gee et Demarais de l’université du Mississippi, a démontré des réactions fascinantes qu’ont les mâles matures en situation de chasse. Elle a été effectuée sur une propriété de 4600 acres en Oklahoma sur une période de 36 jours pendant 2 ans. Les données proviennent de 30 mâles différents équipés d’un collier GPS. Elles nous révèlent qu’un mâle parcourt en moyenne 2000 verges dans les 30 minutes suivant une rencontre avec un humain… généralement en ligne droite!


Gastronomie: Tacos de poisson

Temps de préparation : 30 à 40 minutes

Le « fish tacos », ou si vous préférez « tacos de poisson », est une tendance culinaire des plus populaires et plusieurs grands chefs cuisiniers proposent d’ailleurs leur version sur différentes tribunes depuis quelque temps. Il ne nous reste plus qu’à nous laisser inspirer et à oser marier poisson en croûte, sauce acidulée et salsa fruitée, puis le tour est joué!

Le vif du sujet
Chers lecteurs, dans ce numéro-ci, originalité et couleurs dans vos assiettes! Laissez-vous tenter!


Adventures des Territoires du Nord-Ouest Mission impossible! (vidéo)

L’automne dernier, j’ai réussi à récolter un caribou « impossible » grâce à un tir « impossible »! L’aventure s’est déroulée aux frontières du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest, plus précisément sur les sommets de ce que l’on appelle les « Caribou’s Cries » des monts Mackenzie. Nous étions tellement aux abords du Yukon qu’il me fallait constamment vérifier notre position à l’aide de mon GPS pour être certain d’être bien dans les Territoires du Nord-Ouest. La chasse aux caribous est de plus en plus controversée et même interdite dans plusieurs territoires canadiens, ce qui a grandement motivé mon désir de mettre l’accent sur cette chasse, au cas où elle deviendrait interdite, comme c’est maintenant le cas au Québec.

En somme, j’ai principalement concentré mes efforts pour ma saison 2016 sur le caribou de montagne. Je désirais récolter le caribou de mes rêves pendant qu’il était encore permis de le faire. Donc, laissez-moi vous partager en quelques mots ce que j’appelle, avec un peu de recul, ma mission impossible.


Armes à feu et équipements… Détente : amie ou ennemie?

Les armes modernes sont un merveilleux assemblage de pièces et de composantes qui dépendent chacune l’une de l’autre. La performance générale de « l’outil » dépend certainement de la symbiose qui existe entre chacune d’elles. Comme le dicton qui dit que « la force d’une chaîne est égale à son maillon le plus faible », il est facile d’appliquer cette vérité aux composantes de votre arme. Si une seule de ses pièces est handicapée par un vice de fabrication, un vice de conception, un bris ou un mauvais entretien, il est à parier que la qualité du rendement ne dépassera pas celle de cette composante défectueuse. Mais l’une de ces composantes ne se contente pas de travailler avec les autres parties de l’arme. Elle est en lien direct avec votre propre « mécanique » à vous. Au commandement du coup de feu, c’est elle qui vous unit, vous et votre carabine. Parlons donc ensemble… de la détente!


Évaluation arc Le Halon 32 de Mathews

À la chasse, les secondes précédant un tir sur un gibier sont particulièrement cruciales. Et c’est encore plus vrai lorsqu’on chasse au moyen d’un arc. Dans le feu de l’action, alors que les choses se déroulent souvent très vite, on doit analyser le bon moment pour étirer son arc pour ne pas se faire repérer par le gibier. Si l’on attend trop, on risque de se faire voir et de faire fuir l’animal! Et lorsqu’on étire trop tôt, il faut tenir l’arc allongé pendant d’interminables secondes. Et plus les secondes passent, plus il devient difficile de tenir en position allongée. Nos muscles n’en peuvent plus, nos bras commencent à trembler, notre concentration baisse drastiquement et vient un point où l’on doit se résigner à débander son arc. Le fabricant d’arcs Mathews connaît trop bien cette réalité. Et cette année, il nous propose un arc épatant; il s’agit d’un arc extrêmement facile à maintenir étiré, même à une tension de 70 livres. Voilà une caractéristique qui peut faire toute la différence en situation de chasse, au moment du tir.


Orignal : différencier les bons bûchés des moins bons…

On entend des chasseurs dire que les coupes forestières ont éloigné les orignaux de leur sec-teur alors que d’autres commentaires militent en faveur du contraire. Dans les faits, com-ment l’orignal réagit-il lorsque son habitat est fragmenté par des interventions forestières et qu’est-ce que les chasseurs et les gestionnaires de territoires fauniques doivent retenir de cette réalité?

 

 

 


L’erreur qui m’a fait manquer le plus de dindons en 18 ans de chasse

« Pourquoi il ne veut pas avancer…? », bougonne mentalement Mathieu au sujet du dindon qui parade de l’autre côté du champ, à environ 300 pieds de sa position. Le gros Tom étale sa large queue et fait fièrement la roue, pavanant tantôt vers la gauche, tantôt vers la droite. En plus, l’oiseau réplique pratiquement à tous les yelps qu’il produit avec son ardoise. Le scénario dure depuis maintenant une quarantaine de minutes, en fait, depuis que le dindon a quitté son perchoir. « Se pourrait-il que mes appels ne soient pas au point…? Ou c’est peut-être mon appelant qui lui fait peur…? À moins qu’il y ait une femelle derrière lui qui le retienne…? »

Mathieu n’y comprend rien. Son compagnon et lui ont pourtant mis toutes les chances de leur côté. Ils ont localisé ce dindon la veille, à la tombée du jour. Les réponses qui faisaient écho à leurs appels provenaient de la forêt au bout du grand champ de son voisin, où ils ont la permission de chasser. « Tiens, les réponses s’éloignent maintenant. Il est encore en train de me filer entre les doigts… », se désole Mathieu. Depuis qu’il chasse le dindon, cette situation lui est arrivée à plusieurs reprises. Et il ne parvient pas à comprendre ce qui peut bien faire foirer les choses…


Chevreuil : comment déjouer vos bucks nocturnes

Les chasseurs n’exploitent souvent qu’un faible pourcentage du savoir que leur apportent les fameuses photos de bucks tirées des caméras de surveillance. En les installant seulement durant la période de chasse et dans les quelques semaines précédentes, ils manquent une mine d’informations qui pourrait les aider à récolter le mâle qui hante leurs rêves! Dans cet article, je vais vous expliquer où, comment et pourquoi j’utilise des caméras de surveillance à longueur d’année. Ces appareils ne sont pas que de simples « kodaks » qui détectent du mouvement. Ils sont plutôt des partenaires de chasse qui peuvent nous en apprendre beaucoup si on les exploite à bon escient.

On le sait tous, une meilleure prospection donne de meilleurs résultats au final. En se basant sur ce fait, en utilisant des caméras de surveillance à l’année et en faisant une bonne analyse de leurs photos, on en apprend énormément sur les cervidés de notre territoire. Elles permettent de répertorier les cachettes de nos bucks bien avant la chasse, d’en apprendre davantage sur qui fréquente les sites nourriciers et où sont les espaces de repos et les dortoirs. Aujourd’hui, le prix d’achat de ces caméras est plus abordable que jamais, alors il devient intéressant de s’en équiper afin d’avoir plusieurs « partenaires de chasse » en forêt. Pour ma part, j’utilise une dizaine de ces caméras, mais avec seulement trois appareils, il est possible de tirer son épingle du jeu.


1h30 encerclé par 5 orignaux! (Article gratuit)

Vous l’avez sûrement déjà constaté, il y a de ces matins où l’on observe la température à l’extérieur et l’on se demande pourquoi sortir. Il pleuvait, mais surtout, il ventait très fort le matin du 4 octobre 2016. Un vent à retenir notre casquette de chasse pour ne pas la perdre! Le groupe s’est réveillé avec la même réflexion : avec ce vent, ça limitait nos chances, croyait-on. Étant tous passionnés de chasse, nous avons décidé de prospecter dans quatre directions différentes sur le magnifique territoire du Club des Trois Castors dans Charlevoix. Nous voulions prendre le maximum d’informations sur le terrain et, ne sait-on jamais, rencontrer le mâle tant recherché.

J’ai pris mes vêtements laissés à l’extérieur la veille et je les ai aspergés d’urine de mâle prélevée une semaine plus tôt cette saison. J’ai quitté le camp à l’aube pour rejoindre un site pas très loin du camp principal où nous avions observé la veille des signes frais de la présence d’un mâle. J’ai emprunté un sentier de VTT et j’ai marché tranquillement contre le vent tout en imitant avec mon cornet le cri d’une femelle plaintive. Avec ce vent, je poussais mes sons un peu plus forts que d’habitude. Après 30 minutes de chasse en solitaire en imitant le son de la femelle, j’ai enfin entendu à ma gauche le son particulier d’une femelle non réceptive.


Objectif ours : 300 livres et plus!

La récolte régulière d’ours trophées par un chasseur n’est pas le fruit du hasard, il y a certains éléments à respecter pour espérer atteindre cet objectif. Il faut choisir un territoire propice pour chasser et bien positionner ses miradors et ses appâts. Le chasseur doit également reconnaître les signes que les ursidés matures laissent à ses sites, profiter des meilleures conditions climatiques et posséder aussi certaines qualités pour récolter son trophée régulièrement. Pour en apprendre plus à ce sujet, je vous invite à lire les lignes qui suivent.

 

 


Oie au printemps : ma formule gagnante

John Cristinziani est un maître guide, propriétaire et opérateur de Magnum Hunts (www.magnumhunts.com), un club de chasse bien connu, situé au sud-est de l’Ontario. John est également un calleur de sauvagine chevronné, qui détient plusieurs titres de championnat de calleur derrière la cravate. Il est également un membre de QDMA Canada ainsi que de plusieurs associations de conservation. Maintenant que vous en savez un peu plus sur l’auteur, laissons-le vous révéler ses solutions face aux oies blanches intelligentes.

Les grandes oies des neiges apprennent vite et deviennent méfiantes rapidement lorsqu’elles sont chassées. Elles vivent longtemps et voyagent dans de grands voiliers. Il y a donc des milliers d’yeux expérimentés qui examinent chaque repas potentiel et lieu de repos au sol pour évaluer le danger avant l’atterrissage. De plus, leur mode de vie nomade les rend très difficiles à localiser. Chasser la grande oie des neiges exige beaucoup de travail et des stratégies appropriées, mais les sauvaginiers qui expérimentent et apprennent certaines astuces s’en trouvent grandement récompensés.


7 recettes de « drogue » pour le trappage

Le regard de la dame au bureau de poste était figé sur le visage de ma mère. En effet, à la suite d’une simple question sur le contenu d’un envoi postal provenant des États-Unis, ma mère avait été d’une honnêteté exemplaire, mais en utilisant le langage familier d’une famille de trappeurs. J’avais commandé des huiles exotiques pour fabriquer des leurres de trappe et la boîte d’envoi devait avoir une odeur inhabituelle pour la postière. Lorsqu’elle a demandé à ma mère avec un regard douteux ce que cette boîte contenait, ma mère avait simplement répondu : « C’est juste de la drogue pour mon fils. » Lorsque la postière a figé, ma mère a réalisé que tout le monde ne parlait pas de « drogue » couramment dans leur maison et elle a rapidement expliqué que c’était de la drogue (leurre olfactif) pour les animaux, pas des substances illégales! C’est probablement grâce à l’allure fière de ma mère que la postière lui a remis le paquet sans appeler la police, mais il s’en est fallu de peu pour que je perde ma commande! Depuis ce temps, on essaie de parler de « leurre » plutôt que de « drogue » ‒ au moins quand on va au bureau de poste!


Cahier spécial : Nouveautés pour pêcheurs 2017 Pascal Blais et Patrick Toulouse

 

 

 

 

 


Pêche à la mouche

De plus en plus d’adeptes de la pêche à la mouche se cherchent de nouveaux défis. Plusieurs se tournent alors vers le maskinongé. Ce carnassier suscite beaucoup d’intérêt, car il peut devenir très gros. Dans cette chronique, je tenterai de vous orienter vers cette pêche particulière et forte en émotions.

Les pêcheurs se questionnent beaucoup au sujet de l’équipement lorsqu’il est question de maski. Tout d’abord, je privilégie une grosse canne de taille no 10 ou 11, qui aide à propulser les très grosses mouches. On peut toujours s’en sortir avec une canne no 9, mais c’est limite. Une canne courte de 7 pieds 11 pouces dotée d’une action plutôt rapide permet d’être efficace dans plusieurs facettes techniques de cette pêche. Côté moulinet, on doit privilégier ceux équipés d’un excellent système de freinage, qui sera fort utile pour ralentir les ardeurs des bêtes agressives.


La maladie de Lyme : une nouvelle réalité à prendre au sérieux

Risque élevé Municipalités où les trois stades de la tique (larve, nymphe, adulte) ont été identifiés par des activités de surveillance active, et où la bactérie a été détectée chez plus de 20 % des tiques, dont au moins une nymphe.

Risque modéré Municipalités où les trois stades de la tique ont été identifiés par des activités de surveillance active et qu’au moins une nymphe était infectée par la bactérie. Les municipalités à risque modéré peuvent aussi être des endroits où au moins trois cas de maladie de Lyme acquis localement ont été confirmés depuis 2004.


Doré : un petit leurre ultra performant Simon Blackburn

On a tous une technique et un leurre fétiches pour capturer une espèce de poisson précise. Cette manière de pêcher s’est habituellement hissée en tête de notre palmarès parce qu’elle rapporte davantage de succès que les autres. Dans cet article, je vous propose de lire la méthode de pêche sacrée de Simon Blackburn. Selon ce pêcheur d’expérience, elle permet dans 80 % du temps de prendre plus de poissons que toute autre technique ou leurre…

 

 


Un moulinet à deux vitesses : Le Prestige de Green Trail (Article gratuit)

Chaque année, les manufacturiers se creusent la cervelle pour offrir de nouveaux produits qui aideront les pêcheurs à devenir meilleurs. Certains de ces items demeurent des coups de marketing brefs et éphémères tandis que d’autres perdurent pendant des années et offrent réellement la possibilité de faire avancer celui qui tient la canne dans ses mains. Le moulinet Prestige à deux vitesses de Green Trail qui fait l’objet de ce présent article deviendra certainement un outil faisant partie du deuxième groupe. Il ouvrira peut-être même une nouvelle ère en ce qui concerne les moulinets…

 


Chasser… l’omble de Fontaine!

À la pêche, il n’est pas rare de devoir attendre plusieurs longues minutes le leurre à l’eau avant qu’un poisson se commette. Dans cet article-ci, je propose le contraire. Dès que l’offrande touchera l’eau, elle sera généralement attaquée par une truite très agressive. Vous vous demandez comment je peux réaliser une telle sorcellerie? C’est très simple, vous n’avez qu’à continuer à lire…

 

 

 


Pourvoirie Aventure Lac Goéland Doré et brochet : une destination abordable et grandiose

À la fin d’un reportage de pêche fructueux, mes mains sont crevassées, fendues et meurtries à force de décrocher des poissons. Celui que j’ai fait à la pourvoirie Aventure lac Goéland m’a littéralement massacré les mains à un point tel que je ne pouvais même plus prendre des notes avec un crayon. Voilà un heureux problème qui pourrait vous arriver en séjournant dans ce petit paradis de pêche.

 

 

 


Moteur électrique et batterie à décharge profonde : 2 résultats épatants!

Trouvez-vous que les batteries à décharge profonde sont trop pesantes? Avez-vous déjà manqué de courant sur un lac, ce qui vous a obligé à sortir les rames? Trouvez-vous que vos batteries ont une durée de vie très limitée? Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, vous devriez lire ce présent article. Il pourra vous épargner des efforts ainsi que de l’argent.

 

 

 


Bar rayé de la Gaspésie : de la puissance à l’état brut

La population de bars rayés est en pleine expansion en Gaspésie. Son abondance retrouvée fait en sorte que ce poisson est en train de devenir l’activité de pêche sportive numéro 1 de cette région. L’auteur nous livre son expérience, ses techniques de pêche et ses leurres préférés afin que vous soyez d’attaque lorsque vous aussi voudrez croiser le fer avec cette espèce d’une force et d’une combativité exceptionnelle.

 

 


Des vêtements anti-UV qui pourraient vous sauver la vie

Lors d’une belle journée, il n’y a rien de mieux que de pêcher et de relaxer. Or, pendant qu’on cherche les poissons et qu’on tente de leur faire ouvrir la mâchoire, un ennemi sournois et invisible nous agresse sans arrêt : les rayons UV du soleil. Pendant que notre tête est ailleurs, ils pénètrent dans notre peau en lui infligeant des dommages qui peuvent mener au coup de soleil et même au cancer. Est-ce qu’il y a un moyen efficace de se protéger contre ces rayons? Certainement!


Guide de pêche Patrick errien Maskinongés et esturgeons : une pêche de malade

Humblement, je ne m’attendais pas à la pêche du siècle en cette mi-septembre 2016 avec un fleuve à 71 °F, ce qui est très chaud. Notre guide Patrick Therrien devait nous conduire vers de gros maskinongés et d’immenses esturgeons. Le défi était de taille. Or, notre guide a réussi à tromper le sceptique en moi et à démontrer à quel point il connaît ses secteurs de pêche ainsi que les techniques à employer pour obtenir du succès.


Rivière : les mystères qui rapportent gros

Pour pouvoir pêcher efficacement à la nymphe, quelle que soit la technique employée, il faut apprendre à connaître les invertébrés aquatiques et comprendre quand et pourquoi ils se mettent à dériver au gré des courants. Comprendre ces phénomènes de dérive fera de vous un pêcheur capable de trouver la solution selon les conditions de la rivière. Bref, vous serez meilleur après avoir lu cet article!